SOPHROLOGIE PROCHE DE CALVISSON

Pour renforcer la Structure et  la confiance en soi

La sophrologie: la pratique avant tout

La base de la sophrologie c’est la pratique. Je suis basé non loin de CALVISSON sur Sommières et je veux avant tout vous faire vivre des séances de sophrologie pour que vous puissiez découvrir l’efficacité de la méthode. Les 3 séances que je vous ai enregistré sont l’essence de la sophrologie. Elles peuvent en tout cas avoir un effet puissant malgré leur simplicité. J’ai fait des vidéos pour que vous puissiez pratiquer sur CALVISSON ou ailleurs. Plus vous pratiquez régulièrement, plus cette pratique aura un effet sur vous. Je vous laisse découvrir et pratiquer.

3 séances de sophrologie (et une en bonus en pied de page)

La sophrologie vue par un thérapeute proche de CALVISSON

sophrologie Sommières

Est-ce que vous avez envie de savoir ce qu’est la sophrologie autour de CALVISSON. Pourquoi cette technique est si puissante? Comment cette discipline est née? Qu’est-ce que l’on fait dans une séance.

Quand je demande aux gens dans mon cabinet proche de CALVISSON s’ils savent ce que c’est la sophrologie, il me disent souvent “ah oui c’est des trucs avec la respiration, c’est un truc pour se calmer où on utilise des images…”.

J’ai mis longtemps à comprendre l’intérêt de la sophrologie. Je la voyais comme un outil pour apprendre à me relaxer, pour calmer mes angoisses. En la voyant comme telle, j’étais clairement à côté de la plaque car j’étais toujours en quête de quelque chose. Une projection dans le futur d’un état que je pourrais atteindre. J’étais incapable d’être présent à ce qu’il se passait à l’intérieur de moi. Et un jour j’ai compris que la base de la sophrologie, son essence, c’était la reconnexion au corps. Être juste dans l’accueil des sensations.

Le créateur de la méthode, c’est lui, Alfonso Caycedo. Il est né à Bogota en Colombie en 1932, au sein d’une famille d’origine espagnole. Son père, Marcos Caycedo Burgos, est architecte. Sa mère, Olga Lozano Caballero, est une jeune femme qui se consacre à sa famille et à la vie politique locale.

Très jeune, il manifeste un vif intérêt pour la science médicale. Il obtient lors de ces études une licence en médecine et chirurgie à la faculté de médecine de Madrid. Il décide de se spécialiser en psychiatrie.

Pendant son parcours en psychiatrie, certains traitements appliqués aux patients psychiatriques – les électrochocs et le coma insulinique – lui font remettre en question ces méthodes. Il se demande s’il n’existerait pas des méthodes plus humaines pour traiter la conscience pathologique.

C’est cet intérêt pour la conscience en général qui sera à l’origine de la sophrologie. Pendant ces études de médecine, il a en effet pu remarquer qu’aucun cours n’était consacré à l’étude de la conscience alors que pour lui cette voie était à explorer pour aider les personnes malades.

Il s’intéresse dabord aux états de conscience modifiés et à l’hypnose mais le côté “spéctaculaire” ou “magique” de l’hypnose et les résultats sur les états modifiés de conscience ne répondant pas à ses attentes, il décide de créer la société espagnole de sophrologie médicale.

En 1963 Caycedo commence à travailler avec Binswanger, père de la phénoménologie, la phénoménologie étant la science des phénomènes c’est à la dire la science des vécus. C’est là qu’il posera les fondements qui font de la sophrologie une science.

Pendant cette période, Alfonso Caycedo découvrit par hasard les l’impact des postures de yoga que pratiquait sa femme Colette sur les niveaux de conscience. C’est cette découverte qui le pousse à partir étudier les partiques thérapeutiques en Orient. De 1965 à 1968, il voyage en Inde, au Tibet et au Japon. Il approfondit ses connaissances et étudie sur place l’approche orientale des modifications de la conscience. Pendant sa formation il s’initie à différentes pratique tel que le yoga, le bouddhisme tibétain et le zen japonais. Il expérimente une autre approche de la conscience. Ces différentes pratiques et exercices lui donnent les bases pour élaborer sa méthode la relaxation dynamique quand il rentre en Europe. Cette relaxation dynamique est la base de la sophrologie.

Le génie d’alfonso Caycedo c’est qu’il est allé puiser dans toutes les techniques orientales et occidentales et qu’il en a gardé l’essentiel. Il a rendu accessible à des occidentaux, dans leur mode de vie effrené, des techniques simples leur permettant de revenir à eux-même. Lorsque la technique a commencé à se démocratiser, les résultats ont largement dépassé ses espérances.

La Sophrologie Caycédienne

Il existe aujourd’hui de nombreuses “versions” de la sophrologie. C’est pour éviter cette dérive qu’Alfonso Caycedo décide de protéger sa méthode en créant le nom de sophrologie Caycédienne.

La base de la sophrologie: la conscience du corps (relaxation dynamique du premier degré)

La sophrologie est composée de 12 degrés ou niveaux qui vont amener un travail sur des problématiques particulières. Les 4 premiers degrés sont les plus importants. C’est ce que l’on apprends dans une formation classique de sophrologie.

Le premier degré est basé sur la conscience du corps, le deuxième sur l’esprit, le troisième sur la rencontre entre le corps et l’esprit et le quatrième sur les valeurs.

Le premier degré est d’une importance capitale car à lui seul il va permettre de “renforcer” la structure d’une personne.

Avec des malades en hôpital psychiatrique par exemple, c’est souvent le seul degré que l’on va pouvoir aborder et pourtant il a un impact énorme (les autres degrés amènent plus de risques de décompensation). C’est d’ailleurs dans cette optique de soigner les troubles psychotique que Caycedo a développé la méthode. Les applications annexes sont seulement venues plus tard.

En séance, ce simple premier degré va à lui seul être source de changements importants.

Dans ce premier degré, on va essentiellement travailler sur la conscience du corps. Prendre conscience de ses limites, de son volume, du poids ou tout simplement des sensations.

De son voyage en Orient, Alfonso Caycedo a ramené de nombreux exercices dynamiques qu’il a simplifié à l’extrême en s’assurant que l’exercice avait encore un effet sur la personne.

Il s’agit d’exercices très simples comme le pompage des épaules ou la rotation axiale par exemple. Ils vont permettre de retrouver la conscience du corps. Le génie de la technique réside dans le fait que ces exos réalisés en séance vont permettre de “perturber” les sensations du corps, de les rendre différentes. C’est cette différence entre avant et après la pratique qui va ramener de la conscience. Car le cerveau adore le différentiel et que c’est ce qui lui permet d’être dans la conscience de ce qui se passe.

En quoi la simple conscience du corps va avoir un impact sur notre santé? En quoi la simple pratique du premier degré de la sophrologie peut changer notre vie?

Car la simple conscience de notre corps, la simple conscience de nos sensations, telles qu’elles sont et sans vouloir les changer, va ramener notre conscience dans le moment présent et nous rassurer sur notre simple présence dans ce monde. Avoir conscience de son corps et de ses sensations est déjà un énorme pas en avant sur le retour de la confiance en soi et sur l’estime de soi.

Si vous voulez aller mieux dans votre vie, faites une pratique des exercices du premier degré régulièrement (5 minutes par jour vont déjà avoir un impact énorme), observez simplement vos sensations (que vous jugerez agréables ou désagréables), n’attendez rien et vous observerez rapidement une amélioration de votre état émotionnel et probablemennt de votre stress si vous en avez. Il vous faudra juste faire cette partique dans le niveau sophrolominal pour atteindre le maximum d’impact.

La puissance de la pratique réside également dans le fait que les exercices vont être répétés 3 fois ce qui va permettre de ramener encore plus de conscience de la partie du corps que l’on va travailler.

Le niveau sophrolominal, c’est quoi?

C’est quoi ce terme? Le niveau sophrolominal est un état de conscience particulier.

Il est situé entre la veille et le sommeil. C’est un état que nous traversons naturellement au réveil et le soir en s’endormant. En sophrologie, on va chercher à atteindre cet état pour être vraiment présent à ce qu’il se passe dans notre corps sans être perturbé par les évènements extérieurs. Dans cet état, nos facultés naturelles vont être exacerbées.

Quand on est dans ce niveau, on atteint pas un niveau de relaxation mais un état de présence particulier. On dit que la sophrologie commence après la relaxation. Généralement dans cet état, on a accès plus facilement à toutes nos capacités et tout notre potentiel. Il m’est souvent arrivé de faire des séances sans rien préparer car une fois installé au niveau sophroliminal c’est comme si vous aviez accès à toute votre “bibliothèque” mentale.

Les exercies de respiration

La deuxième force de la sophrologie c’est la pratique d’exercices de respiration qui vont avoir tendance à nous apaiser, à diminuer le stress.

Mais avant de pratiquer ces exercices il est essentiel d’observer sa respiration sans vouloir la changer, juste être présent à ce qu’il se passe naturellement. Cette pratique va amener une augmentation de la conscience de notre corps car la respiration est un mouvement et un changement de sensations permanent et notre mental adore ça.

Beaucoup des exercices de respiration sont issues de techniques orientales mais souvent simplifiées à l’extrême.

L’accueil de ce qui est

En sophrologie, la base c’est accueillir les choses telles qu’elles. Ne pas vouloir les changer et juste observer ce qu’il se passe.

Pendant des années j’ai pratiqué la sophrologie car je voulais atteindre un objectif de détente et de relaxation. Au début ça fonctionnait plutôt bien. Mais avec le temps, les effets de la sophrologie ont commencé à diminuer. J’ai même commencé à aller de nouveau moins bien.

Tout simplement car je n’était pas dans l’accueil mais juste dans une volonté d’obtenir un résultat.

Si vous voulez faire de la sophrologie, je vous conseille de pratiquer mais sans attendre aucun résultat. Soyez juste présent à ce qu’il se passe votre corps. Dans cette posture, vous observerez rapidement des changements.

Pratiquez la sophrologie c’est avant tout prendre soin de soi.

Les applications de la sophrologie

Les applications de la sophrologie sont multiples. J’ai parlé surtout ici de l’orientation thérapeutique et soin de la personne. Chaque séance pourra être adaptée en fonction de la problématique. Voici une liste non exhaustive des applications.

  • Gestion du stress, des émotions
  • Gestion de la douleur
  • Préparation à l’accouchement
  • Entraînement sportif
  • Concentration et mémorisation
  • Troubles du sommeil
  • Accompagnement dans un processus de deuil (NERTI sera ici plus adapté)
  • Préparation mentales aux examens (médicaux, scolaires, professionnels…)
  • Sevrage de certaines addictions (l’hypnose, la PNL et NERTI seront ici plus efficaces)
  • Perte de poids, problème liés à l’alimentation, mauvaise digestion…
  • Libération des stress traumatiques (NERTI sera bien plus efficace sur ça)
  • Soulagement de certaines phobies (NERTI permettra de les enlever en une séance)
  • Acouphènes, attaques de panique (pour les attaques de panique NERTI sera beaucoup plus efficace

Mon parcours en sophrologie

J’ai commencé à pratiquer la sophrologie en 2002 il y a maintenant plus de 20 ans. J’ai eu la chance de la pratiquer auprès de plusieurs enseignants différents.

C’est véritablement Luc Geiger et son approche particulière de la sophrologie qui m’ont vraiment donner envie de me former. Cette formation je l’ai faite auprès de l’école de sophrologie du Languedoc et en complément auprès de Luc Geiger, créateur méthode NERTI.

une séance supplémentaire à faire sans modération: le parcours corporel

Je suis personnellement certifié par l'école de sophrologie du Languedoc

La sophrologie pour se reconnecter au corps.

Retour en haut